Conférence : « Facteur Humain au service de la sécurité opérationnelle et organisationnelle »

La Chambre de Commerce Suisse au Maroc (CCSM) a organisé, mardi 7 juin 2022 à Casablanca, une conférence sous le thème « Facteur Humain au service de la sécurité opérationnelle et organisationnelle ». Animée par Edward E. Barbey et Stéphane Witschard, respectivement chercheur en neuroscience opérationnelleet  administrateur général d’Inuk Safety Suisse, cette rencontre a rassemblé dirigeants et entrepreneursissus du maillon économique marocain et suisse. Détails.

Rétablir le déséquilibre décisionnel et financier par les neurosciences opérationnelles. Tel était l’objectif de la conférence organisé par la Chambre de Commerce Suisse au Maroc (CCSM), mardi dernier à l’hôtel Mövenpick. La thématique fait l’unanimité : autant investir dans des processus de management cognitif pour éviter les événements malencontreux qui pourraient accidentellement naître tout au long du cycle de vie d’une entreprise. « Quand une structure investit dans ce système de management, c’est qu’elle évite de manière directe et indirecte les contretemps qui mettent à mal sa rentabilité et sa santé financière », a expliqué M. Barbey.

Le cerveau humain dispose de plusieurs caractéristiques intrinsèques auxquelles l’individu fait appel à différents cycles de son activité. Les conférenciers ont concentré toute leur attention sur l’activité cérébrale de l’humain et son impact sur la prise de décision. « Saviez-vous que l’accident de la navette spatiale Challenger est dû à une erreur de management. La crise financière de 2008 ainsi que l’accident de l’avion Boeing 737 max représentent également de graves erreurs de management » a illustré, M. Barbey. Et de poursuivre, « notre démarche est d’accompagner les entreprises pour qu’elles arrivent à atténuer les éventuels risques liés au management ».

Charge cognitiveet vigilance

Selon M. Barbey, la définition de l’entreprise ne comprend pas la notion de la sécurité, pourtant importante, abstraction faite du secteur d’activité ou de la taille de l’entreprise. Dans le domaine de l’aéronautique par exemple, les compagnies aériennes sont concernées par ce système de management, car le trouble de vigilance d’un pilote engendrera une catastrophe humaine, matérielle et financière. C’est pour cette raison qu’il est incontournable de comprendre le fonctionnement de notre cerveau et son anatomie. Cette règle est universelle et valable dans tous les secteurs. Les décisions et le sort de l’entreprise sont intimement liés. « Une décision prise au moment inopportun réduira à néant son(l’entreprise, NDLR)  existence», a-t-il conclu.

Pour M. Witschard, la charge cognitiveperturbe la vigilance, et par conséquent, provoque un mauvais résultat sur le plan opérationnel. En d’autres termes, la transition d’un niveau de vigilance inopérant à un niveau opérant requiert une durée transitoire variable, qui dépend des facultés intellectuelles de chaque personne. La transposition pédagogique de la charge de travail du cerveau laisse voir le mode fonctionnel des algorithmes cérébraux, dont le bon fonctionnement permet aux dirigeants de rentabiliser plus leur business.

Ils ont dit…. 

Christophe De Figueiredo, Président de la CCSM

« Après la pandémie de Covid-19, des vagues de démission et de désengagement professionnel ont fait leur apparition. Nous avons choisi cette thématique, car c’est en termes de  facteur humainque le bât blesse ».

Jaouad Boutahar, Enseignant chercheur EHTP

« Aujourd’hui, nous avons besoin plus que jamais d’instaurer un leadership qui respecte les spécificités humaines pour obtenir d’excellents résultats ». 

Stéphane Witschard, Administrateur à Inuk Safety Suisse

« L’importance de ce sujet est la prise de conscience de la situation dans le développement du facteur humain, afin de diminuer les risques d’accident dans les entreprises ».

Événements

Juin, 2024

Aucun événement